RĂ©cit de Geneviève Champale
Un temps idéal, beau mais pas trop de soleil, une arrivée sur site avec le rossignol qui nous accueille, avec sur le fond de ses trilles, le roulement crissé du chant de la locustelle.

 

 

Le ténor du marais : le rossignol philomèle - Photo Christian FrauliLe ténor du marais : le rossignol philomèle - Photo Christian Frauli

 

 Le rossignol sera d'ailleurs une des vedettes de cette sortie, car il s'est montrĂ© Ă  dĂ©couvert Ă  plusieurs reprises, et suffisamment longtemps pour que chacun puisse l'admirer Ă  loisir dans la longue-vue !

Bientôt survolés par la femelle du busard des roseaux, nous avons découvert dans les prés en contre bas un florilège d'oies cendrées et de bernaches en train de pâturer, toutes dans la même bande verte, probablement du blé en herbe...

 

 

 

 


La petite colonie de hérons pourprés dans la roselière - Photo Christian FrauliLa petite colonie de hérons pourprés dans la roselière - Photo Christian Frauli

Sur le premier Ă©tang, c'est un ballet : les parades des grèbes Ă  cou noir ne dĂ©rangent pas les nettes rousses qui continuent Ă  dormir, les canards pilets, souchets, colverts, chipeaux barbotent entre les oies et les fuligules milouin et morillons.

La lumière dorĂ©e par le pollen enrobe tout d'un halo lumineux. Une absence remarquĂ©e : pas d'hirondelles ...

Plus loin, un hĂ©ron pourprĂ© nous fait la grâce d'atterrir Ă  proximitĂ© de son cousin le cendrĂ© : la paire !

 

 

 

 

Devant la grande roselière, une agitation soudaine puis tout se fige dans une recherche fiĂ©vreuse, pour Ă©clater bientĂ´t en un concert de « mais si, sur le buisson vert Â» « super Â» Â« on voit bien sa gorge Â» ... Eh oui, la mythique « gorge bleue Â» est enfin au rendez-vous, bien campĂ©e sur ses pattes, elle chante son avenir, et nous en sommes tous Ă©merveillĂ©s ...

La mythique gorgebleue est au rendez-vous - Photos Brigitte  FraniatteLa mythique gorgebleue est au rendez-vous - Photos Brigitte Franiatte

Alors, après ce spectacle, coucou, pouillot fitis et tarier pâtre ne sont que de pâles bonus, et il n'y a que le busard des roseaux, en parade lui aussi, qui nous tire de notre rĂŞve pendant la pause casse-croĂ»te !  La promenade se poursuit en dĂ©but d'après-midi, sur un chemin qui cĂ´toie plusieurs colonies nicheuses ... Heureusement que la rousserolle turdoĂŻde rĂ©ussit Ă  dominer le vacarme des mouettes, qui couvent de pair avec les hĂ©rons pourprĂ©s et les cormorans.

 

Un couple de bernaches du Canada en colère - Photo Christian FrauliUn couple de bernaches du Canada en colère - Photo Christian Frauli

 Et puis le charme attendrissant des oies cendrĂ©es et de leurs petits qui se dandinent sur le chemin nous ramène vers le point de dĂ©part, tandis que deux couples de bernaches du Canada s'invectivent violemment, corps et cou tendus au ras de l'eau, en crachant du bec Ă  qui mieux mieux !

 

Un dernier coup d'Ĺ“il sur l'Ă©tang depuis l'un des deux observatoires flambants neufs, et des sarcelles d'hiver sont lĂ  pour complĂ©ter nos observations, avec encore une toute dernière surprise : en compagnie d'un couple de cigognes, un gravelot et un vanneau huppĂ© se partagent une bande de terre humide, dans un champ labourĂ© ponctuĂ© de faisans ...



C'est à regret que notre petit groupe se résout à quitter cette ambiance sonore printanière, les roselières et les lagunes du Wagbachniederung.