Retrouvez ici toutes les actualités du centre de soins de Rosenwiller, ses activités et ses pensionnaires parfois surprenants !

Les faucons crécerelles apprécient de nicher en hauteur, et la tour de la station d'épuration de Meistratzheim représente un site idéal. Hélas, en construisant son nid, ce couple a dû malencontreusement aussi apporter des ficelles ou des fils, qui ont failli transformer ce site parfait en un piège mortel pour la femelle.

Le centre de soins de Rosenwiller a rĂ©ceptionnĂ©, mi-juillet, un reprĂ©sentant d’une espèce très rare en Alsace : un martinet Ă  ventre blanc. Après 2 mois de prise en charge, le jeune oiseau, arrivĂ© pourtant en mauvais Ă©tat, a pu ĂŞtre relâchĂ©, au cĹ“ur de la seule colonie prĂ©sente dans le Bas-Rhin.

Lorsque les soigneurs ont auscultĂ© ce jeune hĂ©risson Ă  son arrivĂ©e au centre de sauvegarde de la LPO Ă  Rosenwiller, ils ne donnaient pas cher de sa vie : les yeux vitreux, très dĂ©shydratĂ©, de nombreuses plaies et le visage du pauvre animal qui se tordait d’un triste sourire ensanglanté…

 Cas de figure classique traitĂ© par le pĂ´le MĂ©diation Faune Sauvage de la LPO : une rĂ©fection de façade et de toiture est entreprise sur un bâtiment, durant les beaux jours pour profiter de conditions idĂ©ales ; lors des travaux, deux nichĂ©es de martinets, bien cachĂ©es dans les anfractuositĂ©s du toit, sont dĂ©couvertes. Que faire ?

Après avoir passé l’hiver au chaud dans des boxes spécialement aménagés pour l’hibernation, pas moins d'une soixantaine de hérissons a pu retrouver la liberté en ce début de printemps. Lors de leur admission au centre de soins de la LPO à Rosenwiller, certains souffraient de plaies ou étaient très affaiblis par des parasites. D'autres, plus de la moitié, étaient des jeunes de l’année qui n'avaient pas suffisamment de réserves graisseuses pour survivre à l'hiver...

Le 1er mars, un agent de l’Office National des Forêts a rapatrié un chat plutôt spécial au centre de soins : après examen de l'animal, qui avait été percuté par un véhicule, il s’est avéré qu'il s'agissait d'un chat forestier, le premier spécimen du genre recueilli à Rosenwiller !