Présentation de l’espèce

Martinet à ventre blanc en vol - Photo Sylvain HoupertMartinet à ventre blanc en vol - Photo Sylvain Houpert Le martinet à ventre blanc est plus grand que son cousin le martinet noir : il atteint 60 cm d’envergure. Il présente une gorge et un ventre blancs bien distincts. Tout l’art du martinet s’exprime en vol, dont il maîtrise les techniques de façon exceptionnelle. En effet, il passe son temps dans les airs, que ce soit pour se nourrir, pour boire, s’accoupler, collecter les plumes et les brindilles qu’il utilise pour confectionner son nid. Grégaires, les martinets à ventre blanc nichent en colonies plus ou moins grandes.

 

A leur arrivée  en avril, ils construisent un nid sommaire au fond d’une cavité, dans une falaise rocheuse ou un bâtiment ; en mai, la femelle pond généralement 2 à 3 œufs, qu’elle couve près de 3 semaines. Le nourrissage dure près de 2 mois et les jeunes s’envolent en août. Peu de temps après, au cours du même mois, ils rejoignent leurs quartiers d’hivernage en Afrique. Le martinet à ventre blanc se nourrit exclusivement d’insectes volants qu’il capture tout au long de la journée. Lors du nourrissage des jeunes, il peut en prélever entre 100 et 1000, compactés sous forme d’une boulette maintenue dans son jabot.

 

Son nom latin Apus signifie « sans pieds » et fait référence à ses pattes très courtes, le soutenant difficilement au sol. Elles sont en revanche dotées de griffes puissantes, qui lui permettent de s’accrocher verticalement sur les murs.

 


Habitat

Primitivement, les martinets à ventre blanc ne nichaient que dans des trous et fissures de rochers. Progressivement, ils se sont adaptés aux demeures des hommes, aussi sûres et confortables, dotées de diverses cavités (avant-toits, entre les moellons…). Cette habitude ne s’est pas totalement généralisée, puisqu’en Franche-Comté, par exemple, le martinet à ventre blanc est aujourd’hui encore totalement inféodé aux milieux rocheux naturels dans les reculées (falaises calcaires). En revanche, sur le versant suisse du Jura, 75 % de la population se trouve dans les villes, qui lui offrent des hautes tours munies de quelques interstices favorables à la nidification. Cette adaptation au milieu urbain est ancienne en Suisse, puisque la cathédrale de Berne se prêtait à la nidification dès 1580. En revanche, en France, elle est récente : à partir des années 1970 seulement. Aujourd’hui, les martinets à ventre blanc privilégient de loin les caissons des volets, les accès sous les gouttières, les fissures sous les toits.

 

Effectifs en Alsace

Un individu accueilli au centre de soins de la LPO - Photo Kevin MartinUn individu accueilli au centre de soins de la LPO - Photo Kevin MartinLe martinet à ventre blanc atteint sous nos latitudes la limite nord de son aire géographique. C’est vraisemblablement la vitalité des populations suisses qui a engendré l’extension vers la plaine rhénane avec une arrivée, dès 1954, à Fribourg-en-Brisgau , puis à Bâle et à Mulhouse.

En rive droite du Rhin (c.à.d. en Allemagne), Emmendingen, Offenburg, Achern (à la hauteur de Strasbourg), ont été successivement colonisées. Les martinets à ventre blanc patrouillent désormais à la hauteur de Baden-Baden…

La rive gauche  (c.à.d. en Alsace) n’est pas en reste : en 2010, des signes de présence ont été recueillis dans le Bas-Rhin, à Betschdorf, Haguenau et Wissembourg, mais sans que la nidification n'ait pu y être prouvée pour l'instant. C’est cependant dans le sud du Haut-Rhin que la population est la mieux implantée dans notre région, atteignant une vingtaine de couples nicheurs à Mulhouse. Une petite colonie de 2 à 6 couples s'est également reproduite de 1998 à 2010 à Hirsingue, et une nidification a eu lieu à Guebwiller en 2003.

 

Pour mieux connaître le martinet à ventre blanc, voici quelques sites pour le découvrir :

  • Mulhouse : le long de l'Ill entre les ponts Nessel et Stoessel
  • Burgdorf (près de Berne) : l'église protestante héberge une centaine de couples
  • Lucerne : site touristique sur le lac, le Wasserturm permet un contact aisé et agréable
  • Bâle : combles de la Frauenarbeitschule
  • Freiburg im Breigsau

 


Statut

 Le martinet à ventre blanc est strictement protégé. Grâce à la loi du 10 juillet 1976, complétée par l’arrêté du 29 octobre 2009, il est intégralement protégé, mais aussi ses œufs, ses jeunes et son nid. Il est classé « vulnérable » sur la Liste Rouge des oiseaux d’Alsace.

 


Les facteurs de menaces

 Les atteintes portées à son habitat constituent la principale source de menaces pour le martinet à ventre blanc. Au fil des années, il a en effet connu des problèmes croissants avec l’évolution de l’architecture qui a progressivement préconisé des matériaux et un design incompatibles avec l’accueil de l’espèce. En outre, des colonies ont été détruites lors de la rénovation ou de la destruction d’ouvrages.

 

 


 

 Etudes et protection

Mise en place de nichoirs en haut d'une tour à Mulhouse - Photo Daniel DaskeMise en place de nichoirs en haut d'une tour à Mulhouse - Photo Daniel Daske

Depuis 1988, date du premier contact auditif de l’espèce à Mulhouse, la population du martinet à ventre blanc est suivie et des actions ponctuelles de protection ont été entreprises sous l'impulsion d'un bénévole actif, Daniel Daske.

 

Après plus de 20 ans de présence et face à la précarité des sites de nidification tributaires exclusivement de l’activité humaine, la LPO Alsace, par le biais de Daniel Daske aidé de Mathieu Binder, a entrepris d'intensifier les actions de protection à partir du 2e semestre 2010.

 

 Cette vaste opération intitulée « Pour l’essor du martinet à ventre blanc » se décline en 3 étapes :

  • actions auprès des propriétaires et gestionnaires des immeubles où l’espèce niche déjà, et de ceux qui seraient propices à son installation pour leur faire accepter l’espèce
  • obtention du parrainage de Jean Rottner, maire de la ville de Mulhouse.
  • conception, réalisation et pose de nichoirs sur les sites les plus favorables.

 

 En 2011, 23 nichoirs ont ainsi été installés avant le retour des oiseaux. Parallèlement, une exposition dédiée à l'espèce, aux menaces qui pèsent sur elle en Alsace et aux mesures de protection effectuées a été réalisée.

 La LPO Alsace étant à la recherche de toute nouvelle donnée concernant l'espèce, n'hésitez pas à la contacter si vous observez un martinet à ventre blanc. Il est possible de l'identifier facilement grâce aux astuces décrites ci-dessous.

 

 

Si vous observez des martinets à ventre blancs, contactez-nous !

LPO Alsace
8 rue Adèle Riton 67000 STRASBOURG
Tél. : 03 88 22 07 35
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://alsace.lpo.fr