A la demande de la Ville d'Obernai, la LPO Alsace a réalisé, en partenariat avec Alsace Nature, une étude d’aménagement écologique sur l’Immerschenberg (coteaux du versant sud du Bischenberg) en milieu viticole. En effet, cette partie du ban communal accueille une belle pelouse calcaire de 6,5 hectares dans laquelle se développent une flore et une faune remarquables.

 

Par ailleurs, la commune est propriétaire d’un linéaire de plusieurs kilomètres de chemins communaux, parfois larges de plusieurs dizaines de mètres, qu’elle souhaitait également mettre en valeur sur le plan écologique.Torcol fourmilier - Photo Jean-Marc BronnerTorcol fourmilier - Photo Jean-Marc Bronner

Ces espaces accueillent encore des pelouses sèches riches en orchidées et de belles haies, hébergeant entre autres plusieurs espèces de fauvettes, des rossignols, des torcols, des pies-grièches écorcheurs, etc... Malheureusement, ils étaient trop souvent détruits par le feu, les désherbants, les engins agricoles ou servaient de décharges sauvages, pratiques très négatives pour l’ensemble des espèces présentes et le paysage.

 

La commune, sensibilisée par la LPO Alsace et Alsace Nature, a donc pris l’initiative de réunir  viticulteurs, naturalistes, administrations (Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt) et le lycée agricole d’Obernai, entre autres, afin de mettre en place une gestion écologique de type « trame verte », (c’est à dire, créant un réseau de biotopes reliés les uns aux autres), tout en respectant les impératifs liés à production viticole.

 

Il est à souligner qu’une partie de l’étude a mis en évidence le rôle prépondérant, comme véritables auxiliaires de la vigne, des haies et herbes folles, ces “délaissés dans le vignoble”, particulièrement favorables à l’accueil d’insectes prédateurs des ennemis de la vigne.

 

Fauvette à tête noire - Photo Jean-Marc BronnerFauvette à tête noire - Photo Jean-Marc Bronner
Cette volonté partagée a débouché sur la réalisation d'un plan de gestion présenté aux viticulteurs du secteur lors d’une sortie sur le terrain et validé par le comité de pilotage (2004) puis par la commune. La mise en oeuvre de ce plan a commencé en 2005 avec des interventions régulières prévues les années suivantes, grâce à un financement de la Région Alsace dans le cadre de sa politique en faveur de la trame verte .

 

Grâce à cette opération innovante, des milieux naturels sont préservés et même restaurés dans le vignoble. Il aura ainsi été démontré qu'une commune peut rendre possible une collaboration intelligente entre les viticulteurs et les associations de protection de la nature.