Les phénomènes remarquables à observer


…Retour au calendrier

Retours de migration
Saison : PRINTEMPS Activité maximale du 15 mars au 30 avril

 

La fin de l'hiver et le début du printemps sont rythmés par le retour par vagues successives des oiseaux migrateurs.


Alors que l'arrivée de certaines espèces peut passer relativement inaperçue, ce n'est pas le cas de la plupart des passereaux, qui se manifestent dès les premiers jours de leur retour par leur chant, comme pour marquer leur plaisir de retrouver leur sol natal après plusieurs mois d'absence. En réalité, les oiseaux s'empressent de marquer par leur chant leur territoire, les premiers arrivés ayant le choix des meilleurs sites de nidification.

 

Cliquez sur les photos pour visualiser les fiches des oiseaux

Grive musicienne


Fauvette Ă  tĂŞte noire


Coucou gris


Rossignol philomèle


Loriot d'Europe

Parmi ces espèces, certaines occupent une place à part dans le coeur des ornithologues, en raison de leur chant particulièrement mélodieux ou caractéristique. Quelques unes se manifestent dès février, telle la grive musicienne. Mais c'est au mois de mars, et plus particulièrement d'avril, que nous reviennent la plupart d'entre elles.

Parmi celles-ci, on peut citer :

  • la fauvette Ă  tĂŞte noire : son chant puissant ne passe pas inaperçu, rĂ©sonnant souvent dès le 15 mars pour les premiers arrivants, puis se gĂ©nĂ©ralisant en dernière dĂ©cade de mars. C'est un des oiseaux les plus communs d'Alsace, rĂ©pandu aussi bien en forĂŞt que dans les milieux bocagers, jusque dans nos jardins.

 

  • le coucou gris : connu de tous, son chant se fait entendre dès les premiers jours d'avril. Il se gĂ©nĂ©ralise rapidement en plaine durant la première dĂ©cade d'avril. On note un dĂ©calage de 10 Ă  15 jours pour les oiseaux frĂ©quentant le massif vosgien. C'est dans nos forĂŞts qu'on a le plus de chances de l'entendre, plus particulièrement celles bordant les zones humides.

 

  • le rossignol philomèle : quelques prĂ©curseurs sont entendus dès dĂ©but avril, suivis par le gros des troupes en seconde dĂ©cade d'avril. Souvent dĂ©crit comme l'oiseau au chant le plus mĂ©lodieux de nos rĂ©gions, il se manifeste de jour comme de nuit. Bien reprĂ©sentĂ© dans les milieux semi-ouverts de plaine parsemĂ©s de haies et de bosquets, il est particulièrement abondant dans les zones humides comme la Petite Camargue Alsacienne. Il est par contre absent du massif vosgien.

 

  • le loriot d'Europe : faisant partie des arrivants tardifs, il Ă©gaie nos forĂŞts et bocages de sa mĂ©lodie flĂ»tĂ©e dès fin avril; la plupart des oiseaux arrivent cependant dĂ©but mai.