Imprimer

En Europe du Nord et de l’Ouest, le flux migratoire suit globalement un axe Nord-Est /Sud-Ouest ; l’Alsace, située  sur cette trajectoire, est l’une des voies de passage des migrateurs européens.

La migration : un aller-retourLes migrateurs sont diversLes zones humides - Le Jura Alsacien - Les cols vosgiens - Un site web dédié à la migration en France - Les facteurs perturbateurs de la migration



 La migration : un aller-retour

Bergeronnette grise - Photo Marc SolariBergeronnette grise - Photo Marc SolariLa migration est un aller-retour entre une aire de nidification où l’oiseau se reproduit et une aire d’hivernage où il réside plusieurs mois avant de retourner vers son aire de nidification.

Au sein d’un cycle globalement annuel, l’oiseau migrateur effectue ainsi deux déplacements :

 

La migration prénuptiale au printemps (avant la reproduction). L’oiseau quitte son aire d’hivernage (Afrique, Espagne, sud de la France) et rejoint son aire de reproduction, plus ou moins éloignée (France, dont l’Alsace ; Europe du Nord ou de l’Est).

 

Ce trajet est accompli assez rapidement (haltes brèves) ; les oiseaux les premiers arrivés ont l’avantage du choix de leur site de nidification. Le front de migration est assez large même si certains axes sont bien fréquentés (Rhin, Ill pour les guifettes et sternes par exemple).  En Alsace, en février-mars arrivent les premiers vanneaux huppés, courlis cendrés, milans noirs, cigognes blanches, hirondelles rustiques, bergeronnettes grises, alouettes lulu. Le coucou gris, le rossignol philomèle, la sterne pierregarin, les hirondelles de fenêtre et de rivage, les fauvettes arrivent en avril. En mai, les divers migrateurs sont arrivés, la bondrée apivore étant parmi les derniers à venir. 

 

Pinson des arbres - Photo Marc SolariPinson des arbres - Photo Marc Solari

La migration postnuptiale (après la reproduction) : L’oiseau quitte son aire de nidification et gagne son aire d’hivernage ; c’est la « migration d’automne » même si, pour certains oiseaux, elle commence dès juillet (milan noir, martinet noir). Elle s’étale jusqu’en octobre-novembre (grives, pinson des arbres, linotte mélodieuse…).

 

Les haltes migratoires sont souvent plus longues qu’au printemps. Les migrateurs peuvent être rencontrés un peu partout mais des voies de passage privilégiées sont empruntées lors de ce trajet postnuptial. En Alsace, les cols vosgiens et le Jura alsacien sont des lieux où se concentre le passage postnuptial.

 

 


Les migrateurs sont divers

Chevalier aboyeur - Photo Marc SolariChevalier aboyeur - Photo Marc Solari

En Alsace, on peut observer les divers types de migrateurs :

 

Les migrateurs au long cours qui vont hiverner en Afrique, après s’être reproduits en Alsace ou plus au Nord : hirondelles, martinet noir, courlis cendré, rossignol philomèle, huppe fasciée, loriot d’Europe, faucon hobereau, milan noir, pie-grièche écorcheur…

Avec son fleuve, ses rivières, ses plans d’eau et ses étangs, l’Alsace est une halte migratoire pour les bécasseaux (variable, cocorli, minute…), les chevaliers (aboyeur, culblanc, arlequin…) et d’autres oiseaux qui nichent en Europe du Nord.

 

Les migrateurs partiels dont l’amplitude de déplacement est moindre et dont une partie des populations n’accomplit pas de déplacement migratoire (oiseaux sédentaires) : pinson des arbres, grives, merle noir, rougegorge familier, chardonneret élégant, mésanges (bleue, noire, charbonnière),… Ajoutons à cela les oiseaux qui font des déplacements « altitudinaux » sur de courtes distances. Fuyant les rigueurs hivernales du massif vosgien, certains bouvreuils pivoines, grosbecs casse-noyaux, et cincles plongeurs hivernent en plaine.

En hiver, la vallée du Rhin accueille en grand nombre les oiseaux d’eau (canards, oies, cygnes, plongeons, grèbes) venus des zones nordiques où la nourriture est devenue inaccessible à cause du gel. Ces migrateurs sont des hivernants. Chaque année, ils sont recensés en janvier, lors du comptage Wetlands International.

La population de cigognes blanches, symbole alsacien, comporte des oiseaux qui partent en Afrique (Maroc, Mauritanie ..), d’autres qui vont hiverner dans le sud de la France ou en Espagne, mais aussi des individus qui se sont sédentarisés par l’apport de nourriture (nourrissage) ; cet exemple montre qu’au sein d’une espèce, le comportement migratoire varie selon les individus et selon les conditions du milieu.

 


Quelques  sites d’observation des oiseaux migrateurs en Alsace.

La migration est un rendez-vous annuel. Les dates et lieux de rendez-vous avec les migrateurs sont tellement multiples que tout curieux de ce phénomène, sans cesse renouvelé, a une chance de trouver une opportunité qui lui convienne. Les migrateurs peuvent être observés sur la totalité de la région, mais certains sites sont plus favorables : ce sont principalement les zones humides (liées pour la plupart au Rhin) pour les oiseaux inféodés aux milieux aquatiques, le Jura Alsacien pour les rapaces et les cols vosgiens pour les passereaux.

 Les zones humides

Combattants variés - Photo Marc SolariCombattants variés - Photo Marc SolariLes zones humides, notamment les zones rhénanes, sont d’un grand intérêt en période migratoire. De mars à mai et d’août à octobre, les migrateurs empruntent cet axe Nord/Sud, faisant souvent des haltes plus ou moins prolongées pour s’alimenter et reprendre des forces avant de continuer leur voyage : sternes pierregarins, guifettes noires et moustac et quelques guifettes leucoptères, mouettes pygmées, vanneaux huppés, balbuzards pêcheurs, divers limicoles (bécassines, chevaliers, bécasseaux,…), cigognes noires, et bien d’autres encore peuvent alors y être observés.

D’autres migrateurs venus du Nord hivernent en masse en ces lieux. Outre les divers canards, on note des oies, des plongeons, des grèbes, des cygnes, des harles, l’un ou l’autre pygargue certaines années,… La liste est longue !

Pour en savoir plus sur ces sites et les espèces qui les fréquentent (passages migratoires et hivernage), voir les rubriques « Où voir les oiseaux  » (Delta de la Sauer, Ile du Rohrschollen, Plan d’eau de Plobsheim, Ile du Rhin à Kembs, Petite Camargue Alsacienne, Plan d’eau de Michelbach), et « comptages Wetlands International  ».

 

 Le Jura Alsacien

Faucon hobereau - Photo Jean-Marc BronnerFaucon hobereau - Photo Jean-Marc BronnerA l’extrémité sud du fossé rhénan, des plis Est-Ouest forment le Jura Alsacien, qui culmine à 831 m au Raemelsberg, près de la frontière suisse (communes de Wolschwiller et Winkel – 68). Près de la crête du Raemel, la Rittimatte (604 m) est propice à l’observation de la migration postnuptiale des rapaces.

Le château du Landskron (533 m, au sud de Leymen) ou bien encore le Blochmont (636 m, au Sud-Ouest de Lutter) sont d’autres sites d’observation, entre août et novembre.

Les oiseaux, canalisés par le fossé rhénan, franchissent ces crêtes pour gagner la vallée du Rhône. Ce site est suivi par des ornithologues locaux depuis 1985. Plusieurs dizaines de milliers de rapaces ont été comptés : buse variable (1217 le 23/10/1996 par ex.), bondrée apivore (1327 le 28/08/2004), busards St Martin, des roseaux et cendré, milan noir et royal, autour des palombes, épervier d’Europe, faucon crécerelle, balbuzard pêcheur, faucons pèlerin, hobereau et émerillon.

D’autres espèces sont aussi observées. Parmi elles : les cigognes blanches et noires, le grand cormoran, le pigeon ramier….

En savoir plus sur le Jura Alsacien.

 

 Les cols vosgiens

Brume dans les vallées vosgiennes - Photo Jean-Marc BronnerBrume dans les vallées vosgiennes - Photo Jean-Marc BronnerL’Alsace est bordée à l’Ouest par les Vosges qui culminent au Grand Ballon (1424 m). C’est un obstacle pour les oiseaux migrateurs se dirigeant vers le Sud-Ouest, qui privilégieront les cols pour le franchissement du massif. Au passage postnuptial, d’août à novembre, il est intéressant de se poster à l’un de ces cols pour observer le passage des migrateurs : plus que tout autre lieu, de par le nombre impressionnant d’oiseaux qui y convergent lorsque les conditions sont favorables, les cols permettent de se rendre compte de l’ampleur du phénomène de la migration. Ainsi, il n’est pas rare de voir passer plusieurs dizaines de milliers d’oiseaux en une seule journée à un seul col ! Un comptage coordonné par la LPO et réalisé simultanément depuis 15 cols vosgiens a permis de dénombrer 200 000 oiseaux migrateurs durant la journée du 10 octobre 1993 (dont un minimum de 5000 oiseaux au col le moins fréquenté, et un maximum de 80 000 pour le col avec le plus de passage).

Quand et comment observer aux cols ?

Le passage migratoire aux cols culmine en octobre. Les meilleures conditions pour l’observation sont réunies lorsque les oiseaux rencontrent un vent contraire soutenu et que le plafond nuageux se situe à peine au-dessus des crêtes, obligeant les migrateurs à passer au ras des chaumes. Ainsi, pour le Markstein, un vent soutenu de sud-ouest est particulièrement favorable à l’observation. Il en est de même pour la plupart des autres cols, avec parfois cependant des variantes selon l’orientation des vallées.

A contrario, une journée ensoleillée au vent insignifiant est décevante : les oiseaux passent trop haut pour pouvoir être observés. Enfin, il apparaît que lorsque du brouillard a stagné en plaine pendant plusieurs jours consécutifs, le passage est intense quand le temps s’éclaircit.

Les espèces majoritaires sont des passereaux qui migrent essentiellement du lever du jour au milieu de la matinée. Pour profiter du pic journalier de passage, il faut donc être au col au lever du jour (ne pas oublier de se vêtir chaudement !) ; vers la mi-matinée, le flux des passereaux migrateurs s’essouffle. Les rapaces arrivent en fin de matinée ; ils empruntent cependant peu cette voie de migration par les cols, préférant suivre l’axe Nord / Sud du couloir rhénan pour franchir ensuite la trouée de Belfort ou le Jura Alsacien.

La vue, mais surtout l’ouïe servent à la détermination des oiseaux : ils crient pendant leur vol migratoire. Avec une bonne connaissance des chants et des cris, il est ainsi facile de repérer l’alouette des champs ou l’alouette lulu, l’accenteur mouchet, le grosbec casse-noyaux, le bruant jaune, les bergeronnettes,…

Quels cols choisir pour l’observation ?

Migration de pigeons ramiers au col du Herrenberg - Photo Jean-Marc BronnerMigration de pigeons ramiers au col du Herrenberg - Photo Jean-Marc Bronner

La migration est suivie régulièrement à plusieurs cols vosgiens par de nombreux observateurs locaux, dont le travail assidu permet d’avoir une bonne connaissance du passage migratoire.

 

D’autres cols se prêtent également à l’observation de la migration : à chacun de trouver le site lui convenant le mieux !

 

Les quelques données chiffrées fournies ci-après donneront un aperçu des observations réalisées sur

ces sites.

 

Citons parmi ces cols, du sud au nord :

 

 Le col du Markstein-Trehkopf

L'équipe des ornithologues du Markstein - Photo Liliane BoriesL'équipe des ornithologues du Markstein - Photo Liliane BoriesÀ près de 1260 m d’altitude, sur les crêtes vosgiennes, le site du Markstein-Trehkopf est l’un des cols alsaciens de suivi de la migration automnale.
Depuis 1994, une équipe de bénévoles y assure le comptage  des oiseaux migrateurs.

La migration postnuptiale s’étale d’août à fin novembre ; le passage culmine en octobre. À ce jour (fin 2015), 119 espèces d’oiseaux ont été observées. Suivant les années et l’enneigement, un suivi est aussi réalisé au printemps (migration prénuptiale en mars / avril).

Les observations concernent essentiellement  des passereaux. C’est le matin, depuis le lever du jour, que le flux migratoire est le meilleur. Peu de grands voiliers, tels rapaces, grues ou cigognes empruntent cette voie.

Le pinson des arbres est toujours l’espèce au plus fort effectif (env. 40% du total). Ensuite  viennent en général  pigeon ramier, pinson du Nord, tarin des aulnes, grosbec casse-noyaux, étourneau sansonnet, hirondelles …

Chaque année possède ses particularités, des passages massifs de l’une ou l’autre espèce étant fréquents.

 
Notons par exemple :

 Tarin des aulnes - Photo Marc SolariTarin des aulnes - Photo Marc Solari

 

 

Parmi les raretés observées sur le site, citons : les bruants des neiges, fou, et ortolan, les pluviers doré et guignard, le guêpier d’Europe,  le loriot, la grue cendrée, la cigogne noire, le vanneau huppé, le balbuzard pêcheur...

 

Les données détaillées du suivi de la migration au col du Markstein
peuvent être consultées sur le site internet "Migraction" (voir ci-dessous)

 

 

Le col des BagenellesLes Vosges à l'aube, période propice aux observations - Photo Jean-Marc BronnerLes Vosges à l'aube, période propice aux observations - Photo Jean-Marc Bronner

Ce col a été régulièrement suivi dans les années 80 à 90.
En 1989 par exemple, en 25 séances d’observation réparties entre le 22 juillet et le 19 novembre, ont été observés 53 105 oiseaux de 69 espèces. La présence au col dès août a permis d’observer le passage des hirondelles (14 530 hirondelles de fenêtre, par exemple) ; par la suite, comme au Markstein, le pinson des arbres est l’espèce la mieux représentée (8269 individus). Parmi les migrateurs peu habituels aux cols, citons 1 courlis corlieu le 6/8, 3 courlis cendrés le 13/8, 1 martin-pêcheur le 6/9, 2 pipits rousselines (le 15/8 et le 17/9), 1 hypolaïs ictérine le 20/8.

 


 Un site Internet dédié à la migration en France

Grâce à sa situation géographique stratégique, à la diversité de ses espaces et aux conditions météorologiques variées qui caractérisent son territoire, la France est une étape incontournable pour des dizaines de millions d’oiseaux migrateurs. Cette position privilégiée place les amoureux de la nature aux premières loges pour observer l’un des plus beaux, des plus spectaculaires et des plus mystérieux phénomènes naturels, mais leur assigne également la responsabilité de protéger au mieux les migrateurs qui font halte ou traversent le territoire et de contribuer ainsi au maintien de la biodiversité européenne.

Pour répondre à ces enjeux, la Mission Migration est née de la volonté de plusieurs associations ornithologiques désireuses de faire de l’oiseau migrateur un symbole de la préservation de la biodiversité. Ce réseau, ouvert à tous, a pour objectif de mutualiser les savoirs, de partager les passions, de diffuser les connaissances sur la migration et finalement de mobiliser la volonté et l’énergie de chacun afin de garantir l'avenir des oiseaux migrateurs et des espaces dont ils dépendent. Ces informations sont centralisées sur un site unique : "Migraction".

 

Accéder au site Migraction

 

D'autre part, les "Cahiers de la migration" présentent la synthèse des observations de la migration prénuptiale et postnuptiale en divers sites.

 

Accéder aux Cahiers de la migration.


 

 Les facteurs pertubateurs de la migration

 La migration peut être perturbée par divers phénomènes naturels, tels que d'importantes nappes de brouillards ou des tempêtes, mais également par certaines activités ou pratiques humaines. L'ANPCEN (Association Nationale pour pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne) présente ainsi les impacts de l'éclairage nocturne sur la qualité des migrations. En savoir plus