Les phénomènes remarquables à observer


…Retour au calendrier

Passages migratoires de printemps
Saison : PRINTEMPS Activité maximale du 1er avril au 15 mai

 

Cliquez sur les photos pour visualiser les fiches des oiseaux

Guifette noire


Mouette pygmée


Guifette leucoptère


Chevalier culblanc


Bécasseau variable


Balbuzard pêcheur


Sarcelle d'été


Busard des roseaux


Bergeronnette
printanière

Le printemps est synonyme de retour pour les oiseaux migrateurs, dont de nombreuses esp√®ces vont choisir l'Alsace pour s'y reproduire. D'autres au contraire, pr√©f√©rant s'installer plus au nord ou plus √† l'est, ne feront que traverser notre r√©gion ; quelques uns ne feront qu'un passage √©clair ; beaucoup d'autres vont prendre leur temps, et faire une √©tape plus ou moins longue avant de continuer leur voyage. On peut donc mettre √† profit cette p√©riode pour observer ces esp√®ces.


C'est dans les zones humides, plus particulièrement les secteurs rhénans, que l'activité de ces oiseaux de passage est la plus forte. Les grands plans d'eau (Plobsheim, Gambsheim, Rhinau, Michelbach), mais aussi des sites plus restreints, sont alors pour quelques semaines terrain de chasse pour des vagues successives d'oiseaux, parmi lesquels des troupes de guifettes noires, auxquelles se mêlent souvent quelques mouettes pygmées, plus rarement des guifettes leucoptères ou moustac. Ces groupes de guifettes comportent souvent plusieurs dizaines d'individus, il arrive d'en voir jusqu'à une centaine ensemble au plan d'eau de Plobsheim. Le pic d'activité se situe fin avril/début mai pour les mouettes pygmées, en première décade de mai pour les guifettes noires.

Les limicoles (chevaliers, b√©casseaux, etc...) fr√©quentent les m√™mes sites, mais peuvent se rencontrer un peu partout en plaine, l√† o√Ļ des surfaces en eau peu profonde, m√™me de taille r√©duite, leur permettent l'acc√®s √† la nourriture ; ils sont rarement pr√©sents en grand nombre ; la p√©riode la plus favorable pour les observer est le mois de mai. Le balbuzard p√™cheur peut √©galement se contenter d'√©tangs de faible superficie pour reconstituer ses forces avant de poursuivre sa route vers le nord, m√™me si les grands plans d'eau ont sa pr√©f√©rence. Il traverse l'Alsace d√®s le mois de mars, le gros des troupes √©tant observ√© en avril.

Les sarcelles d'été quant à elles marquent une nette préférence pour les prairies inondées, et ce dès le mois de mars, le maximum de passage ayant lieu à la fin de ce mois et début avril; à défaut d'inondations, on les observe également sur les secteurs rhénans ou sur d'autres cours d'eau.

Les busards des roseaux, qui ne nichent plus que très rarement en Alsace, sont par contre d'observation courante lors des passages migratoires, un peu partout en plaine, avec comme pour l'espèce précédente un maximum d'activité fin mars et début avril.

Parmi les passereaux, citons les bergeronnettes printani√®res, qui migrent souvent en groupes de quelques dizaines d'individus, principalement fin avril et d√©but mai, en faisant halte pour se nourrir sur les pelouses rases : digues engazonn√©es du Rhin, parcs √† bestiaux p√Ętur√©s...

D'autres passereaux de passage se font remarquer par leur chant en des endroits inhabituels en période de reproduction pour les espèces en question, tels le pouillot fitis et la fauvette babillarde.


Pouillot fitis

Fauvette babillarde