Dans une volonté de limiter nos impacts sur la biodiversité et donc d’adapter les dispositifs d’intervention, l’Observatoire Grand Est de la Biodiversité (OGEB) vise à rendre disponible la connaissance sur les espèces et milieux présents dans la région pour tous les acteurs et décideurs régionaux. Il s'agit donc d'un projet d’analyse et de valorisation des données naturalistes régionales issues de plusieurs programmes de recensement, qui fait suite au projet Biodiv’Alsace initié en 2016, lui-même succédant au programme SIBA (Suivi des Indicateurs de la Biodiversité en Alsace) ainsique qu'à l'observatoire avifaune de Champagne-Ardenne.

Organisation

Le programme est animé par le collectif des financeurs, construit par les membres du Comité Régional de Biodiversité (CRB) et du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) qui fournissent une expertise scientifique ; il est alimenté par l’ensemble des acteurs régionaux.

 

 

Gouvernance et partenariats de l’OGEB

Principe

L’Observatoire Grand Est de la Biodiversité se structure autour de 20 thématiques de travail regroupant 121 questions évaluatives.

 

 

Cet outil de suivi de l’état de la biodiversité en Grand Est a pour but de soutenir la réalisation d’inventaires naturalistes en incluant les groupes mal connus (insectes, mousses, champignons, etc), de développer les indicateurs de la biodiversité par milieux et thématiques prioritaires et de publier les résultats dans des brochures et sites internet.

17 indicateurs faunistiques sont retenus dans le cadre de ce programme, coordonné par ODONAT : Sérotine bicolore, Sonneur à ventre jaune, Faucon pèlerin, Grand Tétras, Milan royal, Courlis cendré, Muscardin, migration de la Grue cendrée, population de rhopalocères, populations de Pic cendré, Pic noir et Pic mar, populations hivernantes d’oiseaux d’eau, oiseaux nicheurs des milieux forestiers, oiseaux nicheurs de milieux agricoles, oiseaux nicheurs des milieux bâtis, oiseaux nicheurs généralistes, cortège d’espèces de chiroptères sensibles à la rénovation énergétique et à l’éolien et enfin, le cortège de chauves-souris en hibernation en milieu souterrain. La liste des indicateurs floristiques est prévue courant 2021.

En tant qu'association spécialiste de l'avifaune, la LPO Alsace prend en charge le suivi d'une partie des espèces d'oiseaux.

Exemple du Milan royal (Milvus milvus)

Le Milan royal est un rapace à haute valeur patrimoniale pour le Grand Est qui fréquente les régions collinéennes, mais aussi les vallées vosgiennes et la plaine depuis les années 2015 environ. Cette espèce bénéficie d’un Plan National d’Actions (PNA). La population du Grand Est représente environ 15% de la population nationale avec 189 couples nicheurs probables/certains dans les sept zones d’étude de la région en 2021. Il s’est avéré que depuis 2015, la population de Milan royal a augmenté de 57%. L’espèce recolonise progressivement des territoires qu’elles avaient désertés dans les années 1990 : est du département des Ardennes, ouest et nord du département de la Haute-Marne, plaine d’Alsace. Cependant, l’espèce est soumise à des pressions principalement anthropiques (dérangements en période de nidification, persécution par tirs et empoisonnements volontaires, intoxication secondaire, collision avec les éoliennes, retournement des terres arables, …).