Il existe de nombreuses possibilit√©s pour rendre son jardin attractif pour la faune locale. Beaucoup d‚Äôesp√®ces s‚Äôaccommodent du voisinage de l‚Äôhomme dans les villes et les villages pour peu que nous leur offrions un habitat ad√©quat. Il suffit d‚Äôadopter quelques principes simples afin de pr√©server le milieu :

 Un jardin propice aux oiseaux - Photo Cathy ZellUn jardin propice aux oiseaux - Photo Cathy Zell

  • Favoriser le d√©sherbage manuel et √©viter l‚Äėutilisation des d√©sherbants chimiques nocifs pour la microfaune qui a√®re votre terre et qui constitue une source alimentaire non n√©gligeable pour les oiseaux !

 

  • Limiter l‚Äôutilisation d‚Äôinsecticides et privil√©gier les associations de plantes (capucines, etc.) qui permettent de canaliser et limiter l‚Äôaffluence des parasites. Si les insecticides s‚Äôav√®rent n√©cessaires, privil√©gier les produits biologiques moins nocifs pour la faune, la flore, et pour nous.

 

  • Favoriser le paillage pour limiter l‚Äôutilisation d‚Äôeau et pr√©server la microfaune pendant l‚Äôhiver et les p√©riodes s√®ches.

 

  • R√©server si possible des espaces en friche o√Ļ laisser pousser tout ce qui pousse tout seul (ou faucher par alternance sous forme de bandes). Laisser sur place les feuilles mortes et ne pas faucher sous les arbustes.

 

  • Privil√©gier les vari√©t√©s florales ou arbustives locales qui sont plus r√©sistantes aux maladies et parasites car mieux adapt√©es et supprimer les exotiques qui n‚Äôapportent ni nourriture ni habitat √† la faune locale.

 

  • Dans un jardin spacieux, privil√©giez les grands arbres, les haies d'arbustes et d'arbrisseaux, et laissez des espaces de prairies fleuries. Les arbres sont tr√®s importants pour les oiseaux grimpeurs comme la sittelle ou le grimpereau des jardins, et les esp√®ces cavernicoles comme le pic ou la m√©sange. Vous pouvez √©galement planter des arbres fruitiers, faisant vivre beaucoup d'insectes (attention √† privil√©gier les vari√©t√©s locales ainsi que, selon la place disponible, celles dites hautes-tiges !). Pour un petit jardin, plantez-y des arbustes √† v√©g√©tation dense et basse.

 

  • Favoriser la pr√©sence de milieux vari√©s. Voici quelques possibilit√©s : maintenir la pr√©sence de vieux troncs (si vous poss√©dez un vieil arbre, gardez-le. Il sera vite colonis√© par les insectes, et il pourra servir de lieu de nidification aux pics et m√©sanges), cr√©er un compost et un muret en pierres s√®ches, installer un tas de branches ou de feuilles mortes (pour les h√©rissons), creuser une mare, planter une haie champ√™tre. Les haies sont en effet essentielles √† bien des niveaux : elles constituent une s√©paration, coupent du vent, att√©nuent les bruits, sont autant de sites potentiels de nidification ou d‚Äôabris pour la faune.

 

Rendre son jardin accueillant pour la faune, c'est aussi neutraliser tous les pi√®ges potentiels. Nombreux sont les am√©nagements r√©alis√©s ou les objets abandonn√©s qui peuvent √™tre mortels pour les animaux : cl√ītures constitu√©es de poteaux creux, bouteilles vides stock√©es √† l'ext√©rieur, bac √† eau et abreuvoirs... sont autant de pi√©ges possible, √† neutraliser imp√©rativement.

 

 

En savoir plus sur les cavités mortelles pour la faune sauvage

 

 

Nos jardins et habitations comprennent de nombreux pièges insoupçonnés : neutralisons-les !

 

 

 

 

Pour de plus amples informations, consultez le site des REFUGES LPO

 

 

Votre contact en Alsace, pour tout renseignement complémentaire :

Laurent Waeffler
Tél. : 03 88 22 07 35
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.