PrĂ©fĂ©rez les supports Ă  boules de graisse aux filets en plastique ! - Thierry GaesslerPrĂ©fĂ©rez les supports Ă  boules de graisse aux filets en plastique ! - Thierry GaesslerL'hiver est une pĂ©riode critique pour les oiseaux. Plus que le froid, c’est la faim qui reprĂ©sente une menace. En effet, pour affronter les rigueurs de l'hiver, ils ont besoin de davantage de nourriture, carburant nĂ©cessaire pour conserver la chaleur de leur corps, ce qui, paradoxalement, est plus difficile Ă  trouver pour eux : les gelĂ©es, la glace et la neige les empĂŞchent d'atteindre le sol ou l'eau. Il est donc important d'aider les oiseaux en hiver, surtout lorsqu'il gèle ou qu'il neige, en installant des mangeoires et des abreuvoirs. Mais attention, certaines règles doivent ĂŞtre observĂ©es pour que le nourrissage soit un bienfait et non un problème !

 Quelle nourriture donner ?

Les aliments riches en lipides et donc en Ă©nergie sont très apprĂ©ciĂ©s par de nombreux oiseaux :

  • la graisse : margarine, beurre, saindoux, suif (boules de graisses) seuls ou en mĂ©lange avec des graines
  • les graines de tournesol, le blĂ© concassĂ©, le millet, l’avoine, le chènevis (chanvre)…
  • les cacahuètes non salĂ©es et non grillĂ©es, dĂ©cortiquĂ©es ou en coques
  • les fruits secs : noisettes, noix, amandes dĂ©cortiquĂ©es voire concassĂ©es
  • les fruits : pommes, poires

Ne jamais donner :

  • d'aliments salĂ©s (lard fumĂ©, cacahuètes salĂ©es, etc…)
  • de pain sec ou de biscotte, de reste de pâtisserie, de noix de coco dessĂ©chĂ©e, qui gonflent et provoquent des troubles digestifs
  • de lait
  • de larves de mouches (asticots), très rĂ©sistantes et pouvant perforer l'estomac des oiseaux
  • de graines de lin ou de ricin qui sont toxiques.

 Nourrir oui, mais seulement en hiver ! - Photo Cathy ZellNourrir oui, mais seulement en hiver ! - Photo Cathy ZellQuand les nourrir ?

Les oiseaux de nos régions sont naturellement équipés pour faire face au froid. Seul le manque de calories (donc de nourriture) peut leur être fatal. C'est quand cette nourriture n'est plus accessible durant plusieurs jours (présence de neige, de glace) qu'il faut commencer à alimenter les mangeoires. En revanche, une fois que le nourrissage commence, les oiseaux s’habituent à cette présence de nourriture et il devient primordial de ne pas l’arrêter avant la fin complète des températures froides (attention aux absences pendant les vacances !). Ce nourrissage devra s'arrêter quand les beaux jours s'installent, pour permettre aux oiseaux de se réhabituer à chercher eux-mêmes des aliments, qui sont par ailleurs plus adaptés à leur besoins. Pensez à bien nettoyer la mangeoire (avec un bon détergent) en fin de saison afin de supprimer tout parasite.

  OĂą disposer la nourriture ?

Il existe de nombreux modèles de mangeoires, qui permettront à des espèces différentes de se nourrir. Plus la mangeoire est instable (suspendue), avec un bord fin et un accès réduit aux graines (protégées dans un réservoir), plus les espèces pouvant y accéder seront de petite taille (passereaux). Il est important d’éviter de jeter la nourriture au sol, pour éviter d’attirer des animaux indésirables (rats, pigeons des villes) et ne pas la laisser pourrir. Diversifier les lieux de nourrissage et alterner prévient l'apparition et la propagation des maladies, telles que la trichomonose (voir ci-après).

Mesures d'hygiène et pratiques à respecter impérativement !

Le regroupement prolongĂ© d'oiseaux, souvent d'espèces diffĂ©rentes, peut ĂŞtre source de transmission de maladies mortelles pour les oiseaux (les humains ne peuvent pas ĂŞtre contaminĂ©s) : la trichomonose a ainsi Ă©tĂ© incriminĂ©e dans la baisse des populations anglo-saxonnes des verdiers d'Europe. Pour Ă©viter l'apparition et la propagation de telles maladies, plusieurs institutions* impliquĂ©es dans la protection des oiseaux ou la veille sanitaire insistent sur les Ă©lĂ©ments suivants : 

  • le nourrissage des oiseaux doit se faire exclusivement en pĂ©riode hivernale, pas le reste de l'annĂ©e !

Durant cette période :

  • conserver le stock d'aliments au sec et Ă  l'abri des rongeurs, vĂ©rifier l'absence de moisissure avant de le distribuer,
  • ne pas jeter les graines au sol, mais les disposer dans des mangeoires abritĂ©es,
  • prĂ©voir plusieurs points de nourrissage, avec des aliments de nature diffĂ©rente, alterner les sites de nourrissage dans le temps pour Ă©viter les concentrations trop importantes au mĂŞme endroit,
  • nourrir avec modĂ©ration et ajuster les quantitĂ©s pour qu'elles soient consommĂ©es dans les 2 jours,
  • nettoyer rĂ©gulièrement les stations d'agrainage et les points d'eau : retirer les graines non consommĂ©es et les fientes, laver au savon (surtout pas Ă  l'eau de javel !), rincer abondamment et appliquer une solution dĂ©sinfectante naturelle (huile essentielle d'arbre Ă  thĂ©, par exemple) ; porter des gants durant cette opĂ©ration.

* RĂ©seau de veille sanitaire sur la faune sauvage SAGIR, Centre de recherches sur la biologie de populations d'oiseaux (CRBPO)

Permettre aux oiseaux de s'abreuver en hiver est important - Photo Cathy ZellPermettre aux oiseaux de s'abreuver en hiver est important - Photo Cathy ZellL’eau, un ingrédient rare en hiver

Par temps froid, les oiseaux n’ont plus qu’un accès restreint à l’eau (la neige ne leur est pas utile) ; ce manque nuit à leur hydratation bien sûr mais aussi à l’entretien de leur plumage, pourtant essentiel en hiver. Il est donc important de leur fournir un récipient rempli d’eau, idéalement de faible profondeur. Pour réapprovisionner le bassin quand l’eau a gelé, pensez à verser de l'eau chaude.

 

Nichoirs et mangeoires sont disponibles Ă  la boutique LPO .

 

Pour en savoir plus sur les mangeoires, contactez-nous !

 

L'ambroisie, un risque à prendre en considération

Passé la période de nourrissage hivernal, nous vous appelons également à être vigilant face à l'Ambroisie à feuilles d'armoise, plante invasive hautement allergène. Il arrive que quelques semences de cette plante se glissent dans les mélanges de graines pour oiseaux, et peuvent ensuite germer dans votre jardin, sous les mangeoires. Afin de limiter la progression de cette espèce, veillez à suivre les conseils dispensés dans le document téléchargeable.

 

LPO Alsace

03 88 22 07 35 (heures de bureau)