Les poteaux métalliques creux utilisés par France Télécom (actuellement Orange) pendant plusieurs décénies ont représenté des pièges mortels pour les espèces cavernicoles. Des dizaines de milliers de mésanges, de chouettes, d’écureuils ou de loirs ont fini leurs jours piégés dans leur nouveau nid, incapables d’en ressortir. Suite aux interventions de la LPO et d'autres associations dès le début des années 1980, France Télécom a décidé de poser des capuchons protecteurs en plastique sur le haut des poteaux, d'enterrer si possible les lignes nouvelles ou d'utiliser des poteaux en bois.

Poteau téléphonique creux protégé - Photo Christian BraunPoteau téléphonique creux protégé - Photo Christian BraunGrâce à l’insistance de la LPO, une part importante du réseau alsacien a été réaménagée, la plupart du temps grâce à l’intervention de nombreux bénévoles qui ont signalé les zones non « obstruées », mais souvent avec des capuchons non pérennes. On estime  qu’en Alsace, qui faisait pourtant figure d’exemple parmi les régions françaises, 30 à 80 % des poteaux qui avaient été équipés étaient de nouveau dépourvus de toute protection en 2005. La situation était encore plus préoccupante dans les autres régions, ce qui avait conduit la LPO France à réinterpeller France Télécom. Les négociations avaient finalement abouti, puisque des conventions avaient été signées avec plusieurs associations régionales en France, par lesquelles l'entreprise s'était engagée à obturer les poteaux défaillants dans un délai bien défini (entre 6 et 8 ans). Ca a été le cas en Alsace, où le partenariat entre France Telecom et la LPO Alsace a été officialisé le 22 octobre 2007.

Aujourd'hui, l'entiéreté du parc des poteaux est neutralisée.

 

Une nouvelle menace : l'utilisation des poteaux dans l'installation de clôtures

 

Clôture réalisée avec des anciens poteaux téléphoniques - Photo Christian BraunClôture réalisée avec des anciens poteaux téléphoniques - Photo Christian BraunSi les poteaux dangereux ont été bouchés ou remplacés, puis récupérés par l'entreprise, une grande partie a malgré tout pu être "récupérée". Très solides et facilement mis en terre, ils ont été utilisés dans la mise en place de clôtures, enclos et autres barrières, notamment en campagne. On estime à des centaines, voire des milliers de poteaux ainsi transformés. Si l'idée de donner une seconde vie à ce matériel est honorable, il n'en demeure pas moins que les poteaux restent mortels : leur caractéristique creuse continuent d'attirer les espèces cavernicoles ; situés parfois en pleine nature, leur effet délétère et létal est particulièrement élévé.

 

 

 

 

 

A quoi ressemblent les poteaux téléphoniques ?

Environ 33 500 poteaux téléphoniques sont répartis en Alsace. Au cours de leur installation, leur dangerosité a évolué. Voici comment les reconnaître :


Poteau non obturé.

Poteau fermé (provisoirement)
par un obturateur en plastique.

Reconnaissable grâce aux deux languettes noires.

Poteau ayant perdu son obturateur en plastique.

Poteau fermé par un
obturateur métallique.

Reconnaissable aux deux languettes argentées.
 
Poteau métallique serti en usine.
 
Poteau obturé en usine (nouvelle génération).

 


La convention signée en octobre 2007 entre la LPO Alsace et France Télécom étant basée sur un échange d’informations entre les deux structures, il est utile de repérer et de signaler tout poteau non obturé ou obturé par un couvercle non pérenne.

Si vous observez des poteaux encore non obturés ou creux, merci de nous les signaler en indiquant leur référence (voir sur l'étiquette bleue posée sur chaque poteaux).