Après plusieurs années où peu de cas de mortalité de milan royal ont été enregistrés (un seul cas annuel en 2015 et 2016), on assiste hélas à une recrudescence depuis 2017, avec pas moins de 8 cas recensés en Alsace en 2018 et 10 depuis le début de l’année 2019.

 

 

En 2018, cinq oiseaux n’ont pas pu être récupérés ou analysés (l’état de conservation du cadavre et des organes internes ne le permettait pas), et les causes de la mort sont donc inconnues. Pour les 3 autres milans royaux, il s’agit d’adultes dont deux ont été victimes d’empoisonnement volontaire avec des insecticides interdits d’utilisation en France. A noter que trois adultes ont été découverts à proximité de leur nid. S’ajoute à ces morts l’absence de nidification au printemps et donc pas de jeunes à l’envol… Pour 2019, le bilan s’annonce d’ores et déjà très lourd, puisque 10 cas ont été enregistrés entre février et mai. Un des oiseaux a été victime d’une collision avec une éolienne, trois d’empoisonnement volontaire et un de mort naturelle. Les autres n’ont pas pu être analysés ou sont en cours d’analyse, mais deux autres oiseaux parmi ceux-ci sont probablement dûs à un empoisonnement volontaire.

Milan royal mort - Photo Sébastien DidierMilan royal mort - Photo Sébastien DidierFace à ces pratiques d’empoisonnement, pourtant strictement interdites, il devient indispensable de mettre en place les moyens nécessaires, à l’image de ce qui est fait par exemple en Espagne : sensibilisation, surveillance accrue et moyens répressifs à la hauteur de ces actes. En effet, aucune plainte pour destruction volontaire de cette espèce protégée déposée jusqu’à présent par la LPO Alsace n’a abouti. « Affaire classée ».

Quant au développement éolien, qui peut menacer gravement les populations de milans royaux, la LPO Alsace s’investit très régulièrement sur les parcs existants ou les futurs projets, mais se positionner contre une énergie renouvelable, malgré ses effets néfastes sur la biodiversité, n’est pas toujours chose facile.

Pour rappel, en cas de découverte de cadavres de milan royal ou de rapaces en général, merci de prévenir la LPO Alsace dès que possible et d’alerter ensuite l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ou les Brigades vertes du Haut-Rhin si c’est dans ce département). Cela permettra de récupérer le cadavre le plus rapidement possible pour pouvoir effectuer les analyses. Chaque oiseau sera acheminé au laboratoire départemental du Conseil départemental et en cas de suspicion d’empoisonnement, analysé par un laboratoire d’écotoxicologie à Lyon. En cas d’empoisonnement avéré ou de destruction volontaire, la LPO Alsace porte systématiquement l’affaire devant la justice.

 

Contactez-nous dès que vous trouver un cadavre de rapace suspect !