RĂ©cit de Brigitte Franiatte
Ce matin là, nous étions six à nous attendre en haut du Hohneck, tous impatients à s'engager sur les sentiers des crêtes. Le ciel bien dégagé nous laissait profiter de la beauté des sommets.


Les traquets motteux, mâle et femelle - Photo Brigitte FraniatteLes traquets motteux, mâle et femelle - Photo Brigitte FraniatteA notre arrivée en haut de la butte qui surplombe la route, un traquet motteux mâle se tenait perché sur un piquet. Plus tard, au même endroit, c'est la femelle qui vint se percher à son tour.

Les nombreux pipits des arbres et farlouses, mais aussi un couple de pipit spioncelle (bien plus rare) voltigeaient et se laissaient tomber rapidement, selon leur vol « en parachute Â», si amusant Ă  observer.
Au contraire, les alouettes semblaient suspendues dans le ciel, malgré la vigueur de leurs battements d'ailes.




Pensées, Anémone Pulsatille blanche et chamois - Photo Brigitte FraniattePensées, Anémone Pulsatille blanche et chamois - Photo Brigitte FraniatteEn contrebas, un petit groupe de chamois se frayait un chemin entre rochers et buissons. D'autres, parents et jeunes, avaient trouvé des rochers plus propices à la sieste. Sur les pentes verdoyantes, les branches de myrtilles encore vert tendre et les fleurs sauvages teintaient le sol de couleurs vives : boutons d'or, anémones, pensées bleues, violettes et jaunes... Un faucon crécerelle passa non loin de nous, fit son vol stationnaire, puis disparut.

La recherche du bruant fou fut vaine, mais rien ne vaut les observations inattendues ! Un cri rauque et curieux attira notre attention : instants de précipitation, jumelles et longues-vues qui s'ajustent et balayent la pente...pour bien vite repérer une poitrine claire, un bec crochu, et deux pattes jaunes : perché sur un rocher, le faucon pèlerin s'offrait une pause. Chacun put profiter de cette belle observation, avant qu'il ne s'élance enfin dans le vide, de son vol puissant et droit pour gagner un sommet voisin et disparaître de notre vue.

Ce jour-là, au Hohneck, avait lieu le trail de la vallée de la Thur (50 km de course, 400 m de dénivelé : avis aux amateurs !) mais nous laissâmes les valeureux coureurs à leurs efforts pour une pause déjeuner bien méritée et plus calme au Centre d'Initiation à la Nature du Rothenbachkopf. Dans le pré voisin, un chamois assoupi ne s'effraya pas à notre arrivée.


Pipit farlouse - Photo Brigitte FraniattePipit farlouse - Photo Brigitte FraniatteUn couple de linottes mĂ©lodieuses s'approcha pour se percher Ă  proximitĂ© de notre pique-nique. Une bergeronnette grise allait et venait au bord de l'abreuvoir  tandis qu'un pipit farlouse prĂ©fĂ©rait lui se percher sur un arbre bien en vue. Un tarier pâtre mâle fit de mĂŞme mais s'Ă©loigna rapidement.

Puis se fut le tour d'un bruant jaune et d'un tarier des prés d'animer notre déjeuner. Peu avant notre départ, une bergeronnette des ruisseaux s'approcha elle aussi du point d'eau et vint clôturer cette bien agréable journée !