Les phénomènes remarquables à observer


…Retour au calendrier

Passages migratoires d'automne
Saison : AUTOMNE Activité maximale du 15 septembre au 15 octobre

 

Cliquez sur les photos pour visualiser les fiches des oiseaux

Pigeon ramier


Pinson des arbres


Chardonneret élégant


Serin cini


Bondrée apivore


Milan royal


Epervier d'Europe


Vanneau huppé


Bergeronnette printanière


Tarier des prés


Traquet motteux


Gobemouche noir

A la fin de la saison de reproduction, beaucoup d'espèces désertent leurs sites de nidification avant l'arrivée du froid hivernal, synonyme de disette alimentaire dans le nord de l'Europe, qui se couvre alors d'une épaisse couche de neige et de glace. Même dans les régions tempérées, soumises à un climat moins rigoureux, la carence en insectes durant cette période chasse les oiseaux qui s'en nourrissent.
Selon l'importance des d√©placements effectu√©s  par les diff√©rentes esp√®ces, on distingue les migrateurs trans-sahariens d'une part (oiseaux dont l'ensemble des individus quitte l'Europe pour gagner l'Afrique) et les migrateurs partiels d'autre part (ceux qui migrent vers le sud, mais sans quitter totalement l'Europe). Les s√©dentaires, quant √† eux, demeurent toute l'ann√©e sur place.
 
Lors de ce grand flux automnal d'oiseaux à travers l'Alsace, beaucoup d'espèces différentes peuvent être observées, que ce soit en vol actif ou en halte migratoire.

C'est aux cols vosgiens que le ph√©nom√®ne est le plus marqu√©. Le pic de passage s'y produit au cours des deux premi√®res semaines d'octobre, au moment du d√©ferlement des pigeons et des fringilles (jusqu'√† 100 000 oiseaux par jour, par col). Les meilleurs points d'observation sont la c√īte de Fr√©conrupt pr√®s de Schirmeck, le col des Bagenelles pr√®s de Ste-Marie-aux-Mines et trois cols des Hautes-Vosges (Herrenberg, Hahnenbrunnen et Markstein).


Le survol de la plaine par les rapaces, de fin-ao√Ľt √† fin octobre, est √©galement une observation √† ne pas manquer, bien que souvent difficile √† mettre en √©vidence. Un premier pic est not√© √† fin ao√Ľt-d√©but septembre, avec le passage de la bondr√©e apivore (maximum de 1 000 individus par jour sur les meilleurs sites). Puis un second, plus important, de fin septembre √† fin octobre, avec le passage du milan royal, de l'√©pervier d'Europe et de la buse variable. Des vagues de froid sont susceptibles de provoquer des afflux de buses jusqu'en d√©cembre, voire plus tard encore.

On peut observer des rapaces migrateurs en tous points de la plaine. Les meilleurs postes d'observation sont toutefois constitués par quelques collines du piémont des Vosges (régions de Wissembourg, Bouxwiller, Molsheim, Sélestat, Colmar, Thann, etc.) et par les contreforts du Jura dans la région de Ferrette.


Au bord des eaux (Rhin et gravi√®res) et dans les prairies humides, ce sont les limicoles qui tiennent la vedette. Commenc√©e √† la fin de l'√©t√© (d√®s fin juin pour les individus pr√©coces), leur migration culmine en septembre (octobre-novembre chez le vanneau hupp√©). Elle est cependant tr√®s modeste compar√©e aux sites c√ītiers de la fa√ßade atlantique : √† peine quelques dizaines ou centaines d'individus, si l'on excepte le vanneau hupp√© qui en compte quelques milliers.


Plusieurs esp√®ces de passereaux sont assez faciles √† observer en plaine, en ao√Ľt-septembre, sur les sites o√Ļ elles effectuent des haltes migratoires pour se reposer et se restaurer. C'est le cas de la bergeronnette printani√®re dont les vols onduleux s'abattent dans de nombreuses prairies rases, du tarier des pr√©s qui fr√©quente des formations herbac√©es plus fournies, du traquet motteux visible isol√©ment ou en tr√®s petits groupes dans les labours et autres terrains d√©gag√©s et enfin, du gobemouche noir qui s'arr√™te en abondance dans les haies, bosquets et jardins.


Parmi les autres migrateurs qu'il convient de signaler, sans √™tre exhaustif, citons le gu√™pier d'Europe en ao√Ľt (zone de rassemblement pr√©-migratoire de quelques dizaines d'individus dans le secteur rh√©nan Gerstheim-Rhinau), le pluvier guignard en ao√Ľt-septembre (difficile √† rep√©rer sur les chaumes rases des Hautes-Vosges), la cigogne noire √©galement en ao√Ľt-septembre (faible passage d'individus isol√©s ou de petits groupes dans toute la plaine), le pipit des arbres en ao√Ľt-septembre toujours (important passage, mais en individus isol√©s rep√©rables √† leurs cris r√©guli√®rement √©mis en vol), la grue cendr√©e en octobre-novembre (effectifs tr√®s variables selon les ann√©es et selon les vents dominants, mais marginaux en comparaison de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine) et la grive mauvis en novembre (d√©tectable aux cris, de nuit).


Guêpier d'Europe

Pluvier guignard

Cigogne noire

Pipit des arbres

Grue cendrée

Grive mauvis