Retrouvez ici toutes les actualités du centre de soins de Rosenwiller, ses activités et ses pensionnaires parfois surprenants !

 Cas de figure classique traitĂ© par le pĂ´le MĂ©diation Faune Sauvage de la LPO : une rĂ©fection de façade et de toiture est entreprise sur un bâtiment, durant les beaux jours pour profiter de conditions idĂ©ales ; lors des travaux, deux nichĂ©es de martinets, bien cachĂ©es dans les anfractuositĂ©s du toit, sont dĂ©couvertes. Que faire ?

Après avoir passé l’hiver au chaud dans des boxes spécialement aménagés pour l’hibernation, pas moins d'une soixantaine de hérissons a pu retrouver la liberté en ce début de printemps. Lors de leur admission au centre de soins de la LPO à Rosenwiller, certains souffraient de plaies ou étaient très affaiblis par des parasites. D'autres, plus de la moitié, étaient des jeunes de l’année qui n'avaient pas suffisamment de réserves graisseuses pour survivre à l'hiver...

Le 1er mars, un agent de l’Office National des Forêts a rapatrié un chat plutôt spécial au centre de soins : après examen de l'animal, qui avait été percuté par un véhicule, il s’est avéré qu'il s'agissait d'un chat forestier, le premier spécimen du genre recueilli à Rosenwiller !

La tempête Eleanor qui a parcouru la France début janvier aura également fait des victimes parmi la faune sauvage, comme en témoigne l’histoire de cette chouette hulotte. En enlevant un grand sapin couché au sol au fond de sa propriété, un habitant d’Obenheim a eu la surprise de trouver ce rapace bloqué sous les branches. Grâce à la réactivité de René Winom, bénévole de la LPO, la hulotte a rapidement pu être prise en charge par le centre de sauvegarde.

Une chouette hulotte qui avait mis en émoi un quartier de Saint-Dié-des Vosges (88) a été recueillie au Centre de soins de Rosenwiller. Son comportement agressif avec les passants était caractéristique de celui d’un individu imprégné…

Recueilli à notre centre de soins de Rosenwiller le 10 mai dernier, un milan royal, une espèce particulièrement menacée en Alsace, a pu être guéri par l'équipe des soigneurs et a été relâché le 31 mai, sur son lieu de découverte. Un moment émouvant auquel a participé une partie des bénévoles qui ont contribué à son sauvetage ainsi que la presse, qui a couvert l'évènement.